Fatouma Aiya Attahirou Akiné, artiste plasticienne Nigérienne

  1. Bonjour Fatouma, pouvez-vous vous présenter à nous ?

Je me présente Fatouma Aiya Attahirou Akiné, artiste plasticienne nigérienne de 25ans. J’ai une licence en sculpture au Conservatoire des Arts et Métiers Multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM/ BFK) à Bamako. J’ai étudié également à Niamey la presse écrite à l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC).

  • Qu’est-ce qui vous à pousser à commencer votre carrière d’artiste plasticienne ?

Pas vraiment quelque chose de particulier, très jeune déjà je dessinais beaucoup, j’ai eu ma première exposition individuelle au lycée  après je voulais choisir une carrière en médecine, mais voilà finalement j’ai plutôt choisi les arts. Cela me passionne encore plus.

  • A part la peinture quelles autres activités pratiquez-vous ? Y a t- il une cause que vous défendez spécialement ?

Je fais aussi de la performance et des installations. Je fais quelques décorations pour espaces souvent. Je fais aussi des maquillages à effets spéciaux aussi pour des films ou publicité. Sans oublier aussi le journalisme.

Comme cause Je défends surtout justice et liberté. Je trouve que ce sont des choses qui disparaissent et qu’on ne se rend pas compte vraiment. Tant qu’on ôte à un individu ou à un peuple sa liberté, dans la pensée ou dans l’action alors on peut le mener à notre guise.

  • Qu’est-ce qui vous inspire dans vos réalisations ?

Tout peut m’inspirer. Vraiment tout. Je ne m’impose aucune limite dans mes créations. Je produits pour partager mon opinion sur divers sujets. Ce qui me marque dans ce métier c’est le fait de pouvoir toucher, choquer les autres, les faire sauter, voyager, rêver et surtout parler à la place de beaucoup qui n’ont pas cette chance…

  • Quelles matières utilisez-vous pour la réalisation de vos œuvres ?

Les matières utilisées dépendent de mon inspiration, de ce que je veux dire. Les matériaux utilisés dépendent de mes inspirations, souvent du charbon, du henné, de la peinture  synthétique, teinture, crayon, fer, plâtre, argile, laine, tissus, papiers récupérés… souvent ce sont plutôt des mouvements, pour la performance par exemple. Après il y a des installations aussi

Les matières utilisées dépendent de mon inspiration, de ce que je veux dire. Les matériaux utilisés dépendent de mes inspirations, souvent du charbon, du henné, de la peinture  synthétique, teinture, crayon, fer, plâtre, argile, laine, tissus, papiers récupérés… souvent ce sont plutôt des mouvements, pour la performance par exemple. Après il y a des installations aussi

  • L’art est un domaine complexe, quels obstacles rencontrez-vous et comment faites-vous pour les surmonter ?

Le premier obstacle c’est d’abord le fait d’être une jeune femme. Et cela je ne pense pas que ce soit que dans le domaine de l’art. Après il ya l’entourage qui a du mal à accepter cela en tant que métier, beaucoup de préjugés. Il ya aussi le fait qu’il n’y a pas assez d’acheteurs, de galeristes et de collectionneurs au Niger. Et ceux qu’ils veulent demandent beaucoup de gratuité.

Je pense sincèrement que les obstacles ne sont pas là en tant que tels pour nous bloquer, bien au contraire ils nous forgent à être meilleur. Souvent nous avons juste besoin de soutien de proches ou d’amis pour nous le rappeler. Moi personnellement je ne fixe pas sur les obstacles mais plutôt sur mes objectifs.

  • Avez-vous une galerie où vous exposez vos œuvres ? Comment vous contacter ?

Je n’ai pas encore signé avec une galerie particulièrement, j’expose souvent dans des centres culturels, musée, résidence, festival, chez des particuliers.

On peut me contacter sur Facebook, Instagram sous le nom de  Fatouma Aïya Akiné et par mail artakine@gmail.com

Suivez-nous sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *