Préparatifs De La Fête De Ramadan Au Niger

A l’instar de plusieurs pays musulmans, le Niger s’apprête à célébrer, dans quelques heures, l’Aïd El Fitr ou fête de Ramadan. Après un mois d’abstinence, de dévotion et d’adoration d’Allah pour les fidèles et en attendant d’observer l’apparition du croissant lunaire, les préparatifs vont bon train pour dire au revoir à ce mois béni. Parmi ces pratiques, pour préparer cette fête, la confection de nouveaux habits, le prélèvement et la distribution de la Zakat fitr, avant de se rendre à la mosquée ou à la place de la prière. L’aid  El fitr est aussi l’occasion de partage et de solidarité avec le traditionnel ‘’Barka da salla’’ ou Keyessi (bonne fête), les visites aux parents et le partage de nourriture, avec la préparation du succulent et fameux plat de la fête. Pour cette dernière activité, les gallinacés  (Poulets, pintades, dindons, canards, etc) occupent l’esprit des gens et sont donc à l’honneur. Ils seront, pour ainsi dire, durant cette journée de célébration, les rois de la fête.

Dans tous les marchés de la place et même dans les quartiers périphériques, on vend toutes sortes de produits. De la volaille (poulets, pintades surtout) en passant par le poisson et les légumes frais, les épices, etc.

Les prix des marchandises varient selon leur provenance et les principaux marchés de la place.

Par exemple, au niveau du Nouveau marché, les prix du poulet varient de 1.800 à 3.000 FCFA, voire 4.000 FCFA, s’il est dodu. Quant à la pintade, qui est plus prisée en pareille circonstance, elle coûte de 3.500 à 5.000 FCFA.

Même si pour des raisons de pandémie de Covid-19, Niamey, la capitale, a été mise en quarantaine pour plusieurs semaines, les produits alimentaires notamment la volaille, qui vient des villages environnants et même du Burkina Faso, n’ont pas manqué. Cependant, malgré la disponibilité, comme d’habitude en pareille période, les prix de cette volaille ont augmenté. Les consommateurs ne cachent pas leur inquiétude, convaincus que ces prix vont certainement continuer à grimper. Mais il n’y a pas que la volaille, la viande et le poisson sont aussi prisés. Selon les spécialités culinaires, le panier de la ménagère peut aussi comporter des légumes et la tomate fraîche très chère en cette période.

Suivez-nous sur facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *